Tournée du sous-préfet dans l’arrondissement.

BAFANG

Tournée du sous-préfet dans l’arrondissement.

 

Le Sous-préfet de l’Arrondissement de Bafang vient de fouler le sol de son territoire de commandement. Bonyomo Donatien a pendant six jours, du  29 avril au 9 Mai 2011, visité les six groupements que compte l’arrondissement, à raison d’un jour par groupement. L’occasion l’aura permis de toucher du doigt les réalités quotidiennement vécues par les populations. Plus encore, le chef de terre ne s’est pas limité aux chefs-lieux des groupements. Suivant un programme préétabli à cet effet, la tournée a commencé par une visite guidée par le chef de groupement dans les sous chefferies et quartiers du groupement. Ensuite la grande rencontre avec les populations à l’esplanade de la chefferie supérieure .Ici, deux ou trois interventions ont été prévues. Notamment le mot de bienvenu du chef de groupement, l’intervention du porte-parole des élites et enfin les propos du sous-préfet.

Le sous-préfet au cœur du litige Bafang/ Baboutcha-Nintcheu.

Les différents chefs de groupements ont pour la plupart présenté leur village en soulignant leur joie de recevoir le sous-préfet, tandis que les élites ont eu le privilège pour les uns de présenter les réalisations du gouvernement dans leur groupement avant de formuler des doléances. D’autres sont allés au-delà des attentes en excitant l’autorité administrative. C’est le cas par exemple du représentant des élites de groupement Baboutcha-Nintcheu, M. Tcheumani Boniface. Etant donné que le Sous-préfet a refusé de se rendre à Dockovi, celui-ci  dans son allocution a exprimé sa déception en ces termes : « Nous accueillons M. le Sous-préfet comme quelqu’un que nous avons rencontré dans la rue et à qui nous avons tendu la main pour le saluer. Le choix est simple. Si vous acceptez notre main tendue, nous marcherons ensemble main dans la main. Si vous la refusez, chacun continuera son chemin  tout seul…» Comme quoi, les Baboutcha-Nintcheu pourront bien chevaucher sans l’autorité administrative. Plus loin comme par enchantement, l’élite poursuit : « Nous avons entendu que d’aucuns déclarent à qui veut l’entendre, avoir acheté des machettes pour mettre en morceaux les Baboutcha. M. le Sous-préfet, pour nous le maquis est terminé il y a belle lurette. Et nous sommes dans une nation ayant des institutions et des lois qui nous permettent de gérer notre quotidien. Seuls les hors-la-loi les méconnaissent. Les autres informations qui nous sont parvenues relèvent que vous cautionnerez cette manière de faire. Nous ne voulons pas y croire. Parce que si vous vous faites conduire par un aveugle, vous vous retrouverez dans le fossé avec lui. » Après M. Tcheumani Boniface, le chef de terre Bonyomo Donatien est allé du tic au tac.  « Le sous-préfet ne peut-être une personne que l’on rencontre dans la rue et à qui on tend la main. Parce que le chef de l’Etat a décidé de faire confiance à un haut fonctionnaire de la république pour lui dire : « tu vas me représenter dans telle unité administrative…Je suis dans le préfectoral depuis 1993 et en général, je bats les records dans les postes. J’ai fait six ans à Foumban, je viens de passer cinq ans à Bafoussam. Ce n’est pas toujours très facile. C’est comme si on a dit que quand ça devient difficile quelque part, il faut envoyer Bonyomo. Donc je suis à Bafang. S’il vous plaît, ne me prenez pas avec le dos de la cuillère. Je n’ai pas de grands besoins. Je n’ai pas besoin de construire des immeubles. Le salaire que j’ai me suffit. Et je ne sais pas qui pouvait bien mettre le prix s’il fallait m’acheter ou me contrôler.  Mme de Girardin a dit : soyez impatient et bientôt vous serez suspect. C’est le cas actuellement dans l’arrondissement de Bafang » Comme pour rappeler à la population Baboutcha qu’il ne saurait être manipulé par qui que ce soit. Et pour tout tirer au clair, le Sous-préfet a rappelé qu’il n’ira pas à Dockovi sous le couvert d’un quelconque chef supérieur. En plus « c’est un problème des Djiako. Vous devez résoudre vos problèmes entre vous. Cessez d’embêter les autorités avec vos linges sales. Ils peuvent facilement être lavés en famille », a-t-il conclu.

Des doléances multiformes.

Les doléances, dans chapitre sont multiformes et sont quelque peu différentes d’un groupement à l’autre. Les plus récurrents sont l’extension de l’électrification rurale à Baboutcheu-Ngaleu, Baboutcha-Nintcheu, Batcheu 1et 2, Bavi et Tétam dans les groupements Bafang et Bakondji, création des forages ou l’extension du réseau d’eau potable quand elle existe, l’aménagement des voies d’accès ou des pistes agricoles à Bakondji, Tétem et Batcheu dans Bafang, la création des Lycée par la transformation de CES à Baboutcha-Nintcheu, Pouango dans Bafang ou du CETIC de Baboné, création de centre de santé à Bavi, règlement des problèmes frontaliers  à la limite Bassap-Bakassa, Bafang et Baboutcha-Nintcheu au sujet de Dokivi, Bakondji et Banwa au sujet de Kouma et Bameleck, la réhabilitation du centre d’état civil de Bassap, absence des structures génératrices d’emploi à l’origine de l’exode rural à Baboutcha-Nintcheu et Bassap, ouverture du poste agricole de Pouango dans Bafang, construction des salles de classe dans les écoles publiques, etc.

Message d’apaisement du chef de terre.

Face aux diverses sollicitations, le sous-préfet BONYOMO Donatien a rassuré les populations tout en invitant les élites ou les membres de comités de développement existent éventuellement dans les groupements, à s’associer afin de monter les projets de développement. Toutefois, il a promis d’apporter autant que peu son soutien afin de concrétiser les doléances pouvant être résolues à son niveau pour être transmises à qui de droit, ceux qui sont au-dessus de ses pouvoirs. Par ailleurs, le message du chef de terre a porté sur l’hygiène et la salubrité publique. La journée de Jeudi doit être consacrée à la propreté où quelle que soit la localités. Les descentes inopinées seront organisées à cet effet dans les villages de l’arrondissement de Bafang pour s’assurer de l’existence effective de la propreté. Ainsi,  limitation des cultures en bordure de routes derrière le poteau électrique, l’inscription sur les listes électorales, les audiences foraines organisées pour faciliter l’obtention des actes de naissances d’abord pour les vingt ans et plus, mais étendues aux plus petits dans l’arrondissement de Bafang ainsi que la sécurisation des terrains familiaux et autres par l’obtention d’un titre foncier. Il ne faut pas attendre que les parents disparaissent pour penser à sécuriser l’espace terrien. Enfin le Sous-préfet a rappelé aux populations que les portes de la sous-préfecture sont grandement ouvertes pour toute sollicitation administrative. Le Sous-préfet Bonyomo Donatien a effectué sa tournée de prise de contact en compagnie de l’adjoint d’arrondissement Jacob Djiabo, du commandant de brigade territorial de Bafang l’adjudant chef Mbepoupa Si Ani Théodore Charlie  et du maire de la commune de Bafang Kamga Ngandjui René.

                                                                                                                           J.B. Tientcheu

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site